Durabilité : des grands textes européens à la pratique des territoires

Recherche

Deuxième Strasbourgeois à avoir obtenu une chaire Jean Monnet en 2020, Philippe Hamman sort des disciplines usuelles souvent récompensées en proposant un sujet en sociologie et en urbanisme. D’une durée de trois ans, la chaire "Governance of Integrated Urban Sustainability in Europe" va lui permettre de développer enseignement et recherche dans ce domaine.

3 thématiques

A travers cette chaire, Philippe Hamman, chercheur au laboratoire Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe (SAGE), souhaite investir les questions d’intégration européenne. Ce spécialiste de la durabilité urbaine en Europe et plus précisément dans le Rhin supérieur, explique vouloir "faire le lien entre les grands textes de cadrage de l’Union européenne comme l’European Green Deal et voir comme cela fait sens dans des pratiques concrètes à l’échelon des territoires". Et ce à travers trois thématiques annuelles :

  • les mobilités urbaines durables et inclusives,
  • villes et énergies,
  • ville juste et écologie populaire en Europe.

"Je souhaite analyser une durabilité intégrative, questionner le côté inclusif, comment les enjeux sont perçus et pratiqués en fonction des milieux sociaux". L’idée étant de faire dialoguer et d’engager des synergies entre les différents travaux menés sur le sujet.

6 acteurs

Pour créer un réseau et percevoir ce type d’enjeux à l’échelon territorial, le chercheur, accompagné par la Direction des relations internationales au fil du projet, a ciblé six catégories d’acteurs : l’Eurométropole et son conseil de développement, l’Iclei, réseau mondial de villes et territoires en développement durable implanté à Freiburg, la fédération d’associations alsaciennes pour la protection de l’environnement Alsace-Nature, l’Association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses Alsace), le Jardin des sciences et l’Euro-institut de Kehl.

Plus de 90h d’enseignement par an

Les titulaires d’une chaire Jean Monnet doivent consacrer au moins 90 heures d’enseignement par année universitaire aux études européennes. « Depuis 2018, nous avons mis en place à l’Institut d’urbanisme de la faculté des sciences sociales un parcours complet de master sur la thématique ville, environnement et société, qui me permet pleinement de répondre au côté enseignement de la chaire », précise Philippe Hamman, qui propose des cours depuis septembre 2020 sur la thématique en master 1 et 2, mais aussi en licence 3 et en licence professionnelle.

2 séminaires

Deux séminaires en ligne sont organisés en 2020-21. Un premier pour les étudiants, intitulé « Mobilités urbaines durables et inclusives en Europe », qui propose à travers différents rendez-vous de discuter et de diffuser les résultats de recherches récentes et d’expériences en cours sur la gouvernance multi-niveaux et intégrative de la durabilité urbaine en Europe, à l’exemple des mobilités dans et autour des espaces urbains. Et un second, de doctorat, qui s’est déroulé en janvier. « Ils introduisent une dimension européenne et sensibilisent les étudiants à ces questions. »

1 rapport

A l’issue des trois ans, Philippe Hamman devra rendre un rapport scientifique. « Il va permettre d’avoir une meilleure visibilité sur la dimension européenne de ces enjeux, et d’opérer une prise de recul sur différentes questions. »

Marion Riegert

Au côté de William Gasparini, Philippe Hamman compte parmi les quatre chercheurs français à avoir obtenu une chaire Jean Monnet en 2020. Ces dernières ne sont pas réservées aux chercheurs européens mais s’adressent à des personnels permanents des établissements d'enseignement supérieur possédant le grade de professeur et qui travaillent sur l’Europe dans le monde entier.

D’une durée de trois ans et bénéficiant d’un financement de 50 000 euros, ces chaires visent différents objectifs : améliorer l’enseignement des études européennes dans les établissements, effectuer, contrôler et superviser des recherches sur des thèmes ayant trait à l’UE, encourager et conseiller la nouvelle génération d’enseignants et de chercheurs, donner aux futurs professionnels des conseils spécialisés sur les affaires européennes.