Programme national d’aide à l’Accueil en Urgence des Scientifiques en Exil (PAUSE)

Recherche

Le Programme national d’aide à l’Accueil en Urgence des Scientifiques en Exil (PAUSE), créé le 16 janvier 2017, accorde des financements incitatifs aux établissements d’enseignement supérieur et aux organismes de recherche publics projetant de recruter des scientifiques en situation d’urgence et de les accompagner dans leur insertion professionnelle et personnelle. A ce jour, plus de 200 chercheurs en exil ont pu bénéficier du soutien du programme PAUSE.

Afin de favoriser le déploiement de ce dispositif national, l’université a créé en novembre 2017 un fonds d’aide aux unités de recherche appelé FACE, destiné sur appels à candidatures à soutenir les unités de recherche dans leurs demandes, car PAUSE exige un co-financement de l’établissement.

A ce jour, à l'Unistra, 9 chercheurs en provenance du Yemen, de la Syrie, du Pakistan, du Venezuela, de la Lybie et du Congo ont bénéficié de ce dispositif.

Conditions d’éligibilité au programme :

Le dossier soumis par l’unité de recherche devra réunir les principales pièces justificatives demandées pour PAUSE (ne générant ainsi pas de «double travail»pour les unités de recherche). Elles devront ainsi justifier des critères suivants:

  1. l’intérêt scientifique de la demande (qualité du dossier du chercheur, adéquation avec la politique scientifique de l’unité, objectifs scientifiques, livrables, …) ;
  2. le caractère d’ « urgence » (menaces, mise en danger, emprisonnement, mais aussi, pour des chercheurs présents ici à Strasbourg, risques d’une fin de contrat qui les exposeraient dans leur pays à leur retour…) ;
  3. les liens (impérativement requis) du chercheur avec l’unité de recherche (ancien doctorant, collaborateur régulier, co-auteur de publication, etc) ;
  4. les mesures d’accompagnement du chercheur, permettant notamment d’envisager son accueil dans l’unité de recherche et une suite de carrière.
  5. Dans le cas de présence en France, celle-ci ne doit excéder 3 années.