"La loi confortant le respect des principes de la République"

Événement à venir
Colloque

5è Rencontres Droit et religion

15 décembre 2021
Salle de Conférence - MISHA

Promulguée le 24 août 2021, la loi confortant le respect des principes de la République comporte un grand nombre de mesures disparates concernant plusieurs domaines dans lesquels il a semblé nécessaire de légiférer pour endiguer des pro- cessus qualifiés de séparatistes mettant à mal l’universalisme républicain (le terme « séparatisme » figurant dans l’intitulé des premières moutures du projet de loi a finalement été abandonné car trop stigmatisant).

La loi poursuit cinq objectifs principaux :

  • renforcer le principe de neutralité dans le service public, ainsi que la formation des agents publics au principe de laïcité ;
  • accroître le contrôle des associations et la transparence des cultes et de leur financement ;
  • renforcer la lutte contre la polygamie, les certificats de virginité et les mariages forcés ;
  • lutter contre les discours de haine et les contenus illicites en ligne ;
  • encadrer davantage les possibilités de recours à l’instruction en famille et renforcer les contrôles sur les établissements d’enseignement privés.

La perception dominante du texte est sa fonction essentiellement répressive, potentiellement liberticide qui, sous couvert de lutter contre un mal qui affleure sans jamais être nommément désigné (l’extrémisme islamiste) touche le cœur d’un certain nombre de libertés fondamentales. Par exemple, le contrôle plus serré des activités des associations, l’approbation préalable de la constitution d’associations cultuelles dont le texte vise pourtant à faire l’outil privilégié des groupements religieux pour la gestion de leurs lieux de culte, suscitent des inter- rogations et la protestation de la plupart des mouvements religieux. La liberté d’association, peut-elle s’accommoder, d’un corsetage aussi serré ? De la même façon, le droit à l’instruction qui est le droit (fondamental) pour les parents de choisir l’instruction à donner aux enfants est-il battu en brèche, et dans quelle mesure, par les dispositions de la loi, l’encadrant plus stricte- ment ? Cette loi continue à susciter nombre d’interrogations, alors même que certaines de ses dispositions contestées ont été validées par le Conseil constitutionnel (CC, décision 2021-823 DC du 13 août 2021). C’est l’objet de cette journée de s’efforcer d’apporter quelques réponses afin d’éclairer un débat qui n’est en rien épuisé. Nombre d’incertitudes demeurent concernant les textes d’application de cette loi et les éventuels recours qui pourraient encore en faire bouger les lignes devant le Conseil constitutionnel (QPC sur les dispositions qui n’ont pas fait l’objet de sa décision DC) et les juges administratif, judiciaire ou européen.

Un contrôle du pass sanitaire sera effectué à l'entrée de la salle.