Séminaire Fellows USIAS conjoint - Isabelle Marc & Todd Reeser

Événement passé
Conférence
9 juin 2022
15h 17h
Salle de la table ronde - MISHA

Ces deux Fellows de 2021 travaillent dans le domaine des études de genre. Ils présenteront leurs recherches respectives lors d'un séminaire commun, avec deux présentations séparés.

Todd Reeser - La France transgenre : universalisme et subjectivité sexuelle

En France, l’omniprésent principe d’universalité signifie que juridiquement, un citoyen est d’abord défini comme un citoyen et ensuite comme membre d’une catégorie identitaire ou communautaire « particulière » (par exemple musulman, femme, homosexuel). En tant qu’élément majeur d’identité nationale, l’universalisme français a été largement étudié et cité, souvent en rapport avec des catégories spécifiques. Étendant la question de la relation entre universalisme et identité à des territoires inconnus, mon projet de livre « Transgender France: universalism and sexual subjectivity » met en avant deux arguments sur le contexte français fondés sur l’histoire : que l’universalisme a défini la représentation de sujets transgenres depuis la création de la catégorie transsexualité des années 1950 à aujourd’hui ; que la représentation trans a modéré mais aussi critiqué l’universalisme français plus largement, révélant un postulat indicible de l’universalisme, à savoir sa fondation biopolitique dans l’idée d’un corps inviolable et au genre stable. En adoptant une approche d’études culturelles, j’examine une large gamme de textes en tant qu’études de cas révélatrices (par ex. télévision, films, documentaires, journaux, tabloïds, littérature, théâtre, autobiographies, romans graphiques).

Lors de cette présentation conçue pour le grand public, j’aborderai dans les grandes lignes mon ouvrage en cours, dont des exemples spécifiques et concrets issus de sources populaires (avec un extrait de film pour débuter).

Isabelle Marc - La pop française et le genre des genres : le cas de Mylène Farmer

L’étude des musiques populaires intègre depuis longtemps une approche féministe et de genre, notamment par l'analyse des représentations de genre dans les médias et les publics, par la révision d’une histoire de la musique populaire fondée sur des valeurs masculinistes et hétéropatriarcales ainsi que par la dénonciation du sexisme dans l'industrie musicale. En France, toutefois, où la hiérarchie traditionnelle entre les arts « légitimes » et la culture populaire/de masse est restée particulièrement vivace, et où les approches féministes et de genre ont traditionnellement été marginalisées, l’intérêt académique pour la musique pop a été généralement faible, en particulier en ce qui concerne les femmes artistes. En raison de ce biais esthétique et sexiste, les femmes dans la pop musique française ont été largement ignorées, voire méprisées par la critique dite « sérieuse », qu’elle soit journalistique ou académique.

Cette présentation offrira une vue d’ensemble de mon projet de recherche « Les divas pop : musiques actuelles, représentations et genre à l’ère numérique en France » sur les représentations de genre dans les musiques populaires françaises contemporaines. Plus spécifiquement, elle s’intéressera à la double exclusion du discours critique que subissent les femmes dans la pop française, en dépit de leur succès commercial et auprès du public. Je présenterai plus précisément mon travail en cours pour un livre sur Mylène Farmer, à la fois l'une des artistes pop françaises les plus vendues et les plus méprisées. Du point de vue des études culturelles et de genre, à partir de la déconstruction des biais élitistes et sexistes, le livre situera Mylène Farmer dans l’histoire de la musique populaire, et plus largement dans l’histoire culturelle française. En effet, l’analyse de la carrière de cette artiste s’avère être non seulement intéressante en raison de son succès, de sa longévité et de la diversité de sa production, mais également fascinante dans ce qu'elle nous dit à propos de la culture et des médias français des années 1980 à nos jours. L’ouvrage se penchera aussi plus largement sur la valeur et la place de la musique pop, ainsi que sur la politique de genre dans la France contemporaine.

Université de Strasbourg
Université de Haute-Alsace
CNRS
Réseau national des Maisons des Sciences de l'Homme