Accord-cadre entre l’Université de Strasbourg et l’Ined & Ouverture de la Chaire d'excellence en sciences de la population

À la une

Michel Deneken, président de l’Université de Strasbourg et Magda Tomasini, directrice de l’Institut national d’études démographiques (Ined) ont signé un accord-cadre partenarial ce lundi 4 avril 2022 à la MISHA. Cet événement a permis de présenter Sylvie Dubuc, titulaire de la Chaire d'excellence attractivité en sciences de la population "Comportements et dynamiques démographiques des territoires".

Cet accord-cadre vient "sceller une convergence d’intérêts entre l’Ined et l’Université de Strasbourg sur les questions de population qui les a amenés à nouer plusieurs collaborations depuis de nombreuses années. En matière de recherche, ils collaborent déjà dans plusieurs projets de l’Agence nationale de la recherche, au sein du labex IPOPs et de l’Equipex LifeObs (Observatoire français des parcours de vie)" indique Magda Tomasini, directrice de l’Ined. Ainsi, la conception de l’enquête "Migrations, famille et vieillissement" est réalisée en étroite collaboration entre les deux établissements, avec le concours de l’Insee. Plus généralement, l’Ined et l’Université de Strasbourg ont développé une expertise commune sur la démographie ultramarine. En matière d’enseignements, ils participent tous deux à la Haute école de démographie (HED) et pas moins de neuf chercheurs Ined dispensent des cours à l’Université de Strasbourg.

Pour Didier Breton, directeur de la MISHA, cette signature"est l'aboutissement ou la forme concrète et officielle de très nombreux liens entre l'Ined et la démographie au sein de l'Unistra". L’Institut de démographie, dont l’un des créateurs a été Claude Régnier - démographe, géographe et ancien président de l'Université Marc Bloch -, décédé très récemment, est rattaché à la Faculté des sciences sociales et est dirigé actuellement par le professeur de démographie Philippe Cordazzo. Il compte aujourd'hui cinq enseignants-chercheurs titulaires et quatre contractuels, toutes et tous membres de l’unité mixte de recherche (CNRS-Université de Strasbourg) SAGE (Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe). L’Institut de démographie est surtout une formation complète en démographie et en sciences de la population du premier cycle au Doctorat. L’Université de Strasbourg est l’une des deux seules universités en France à disposer d’une telle offre.

La Chaire d'excellence attractivité en sciences de la population « Comportements et dynamiques démographiques des territoires »

Dans le cadre du labex iPOPs -Individus, Populations, Sociétés-, des chaires en sciences de la population ont été créées. Il s’agit de la troisième chaire après les universités Paris 1 et Bordeaux, pour une durée de cinq ans. Les travaux de recherche de la chaire contribueront au développement des recherches d’excellence actuellement menées au sein de l’unité mixte de recherche (CNRS-Université de Strasbourg) SAGE (Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe) concernant l’étude des comportements et dynamiques démographiques à une échelle locale, dans une perspective comparative. Cela concerne autant l’étude des villes et territoires en décroissance en France et en Europe, que des territoires plus spécifiques tels que ceux d’outre-mer. Ces recherches, au cœur des préoccupations actuelles de cohésion sociale et territoriale, viseront à éclairer les politiques publiques et sociales, autant qu’elles peuvent les orienter.

"À Strasbourg comme ailleurs, la démographie agit comme une science "carrefour" qui fait le lien entre géographie, économie, sociologie, urbanisme ou encore science politique. Cette chaire incarne totalement cela. Elle renoue aussi le lien très fort entre démographie et géographie, démographie et territoires, qui est dans les gènes de la démographie strasbourgeoise. Merci à Sylvie Dubuc de nous rejoindre, tant elle fait la synthèse de tout cela tout en l'enrichissant de sa dimension internationale."
Didier Breton, directeur de la Maison Interuniversitaire des Sciences de Homme - Alsace (Misha)

"Je remercie Didier Breton, directeur de la Misha et l’ensemble des collègues de l’Ined et de l’Université de Strasbourg qui ont permis à cette chaire d’excellence de voir le jour ainsi qu’à l’ensemble des membres du jury de sélection qui m’ont donné leur confiance pour mener à bien des travaux novateurs, interdisciplinaires, sur l’articulation entre trajectoires individuelles et familiales et dynamiques territoriales. Ces travaux s’inscrivent dans un questionnement plus large de la production des inégalités sociales et socio-spatiales, visant à renforcer ainsi l’excellence de la recherche déjà bien présente à Strasbourg, au laboratoire SAGE et dans le réseau iPOPs sur ces thématiques. J’amène aussi une perspective internationale dans ma pratique de recherche et d’enseignement, nourrie de ma longue expérience comme chercheure senior, cheffe de projet, puis professeure associée au Royaume-Uni (universités d’Oxford et Reading).
En tant que géographe et démographe, la perspective de développer une recherche interdisciplinaire centrée sur les comportements et dynamiques démographiques des territoires, notamment ceux en décroissance, dans le cadre d’une collaboration entre l’Université de Strasbourg et l’Ined ont fortement motivé ma décision de rejoindre l’Université de Strasbourg et mon enthousiasme pour la chaire.  Enfin, je suis très inspirée par les perspectives de collaborations locales, nationales et internationales pour faire grandir cette recherche, visant aussi à informer et soutenir les politiques sociales, celles du développement et de l’aménagement des territoires."

Sylvie Dubuc, titulaire de la Chaire d'excellence attractivité en sciences de la population "Comportements et dynamiques démographiques des territoires"

 

À propos de l’Ined
Établissement public à caractère scientifique et technologique (EPST), l’Ined a pour missions d’étudier les populations de la France et des pays étrangers sous tous leurs aspects, conduit de nombreux projets de recherche européens ou internationaux et informe les pouvoirs publics et le public sur les questions démographiques. Il coordonne le laboratoire d’excellence iPOPs (individus, populations, sociétés) qui soutient le développement de partenariats entre laboratoires de recherche et enseignements spécialisés en sciences de la population, en France et à l’étranger.